X

La vigne

Le patrimoine génétique de notre vignoble

Nous avons commencé en 2012 une sélection massale dans notre vigne la plus âgée de Fourchaume, celle qui produit notre « Héritage » dans les meilleurs millésimes, plantée en 1937, alors que les clones n’existaient pas encore. 

Nous avons là un patrimoine génétique unique que nous voulons absolument conserver. La plantation comporte environ 4000 souches. Nous les avons inspectées une par une avant la vendange en considérant la qualité des bois, la qualité et le nombre de raisins. De cette première sélection nous avons identifié et marqué 300 souches que nous avons à nouveau passées en revue avant la vendange 2013 pour en éliminer encore une centaine. Nous en avons ainsi conservé environ 200 sur lesquelles, nous avons prélevé des échantillons de bois de manière à les analyser en laboratoire pour s’assurer qu’elles n’étaient pas porteuses du virus du court noué (dégénérescence de la vigne qui compromet sa durée et la qualité des fruits). 195 souches sur les 200 prélevées ne montraient aucun signe de virose ; il s’agit d’une vigne absolument remarquable ! 

Les bois de taille ont été confiés à notre pépiniériste qui va nous fournir 1200 pieds greffés que nous allons planter dès cet automne devant notre nouveau chai. Cette vigne, sans appellation car le terrain n’est pas classé, va produire un Vin de Pays de l’Yonne cépage Chardonnay mais va surtout être utilisée pour produire les plans dont nous avons besoin pour les repiquages dans les vignes existantes, pour les replantations après arrachage et pour les nouvelles plantations

Nous allons ainsi disposer de notre propre conservatoire de nos plus anciens cépages qui va représenter l’ADN de notre vignoble.

Mieux connaître nos sols

A côté du fondamental travail en vert sur la vigne, nous avons entrepris, avec le concours de Claude Bourguignon et son fils Emmanuel, spécialiste reconnu et respecté qui conseille de nombreux domaines viticoles réputés, en France et à l'étranger, un travail de fond pour mieux connaître nos sols et les faire évoluer vers ce que nous souhaitons. Le sol est en effet un milieu complexe et vivant qui mérite grandement d'être mieux connu; c'est lui qui va permettre à la vigne d'exprimer pleinement son potentiel qualitatif. Le travail de base consiste en premier lieu à mieux connaître la vie qui s'y trouve, microbienne, végétale et animale...bactéries, plantes, insectes, vers, qui vont tous travailler à décompacter et aérer nos sols. 

La couverture végétale endémique peut également être utilisée dans les parcelles qui contiennent une forte proportion d’argile, qui avec une pluviométrie importante ne vont pas avoir la capacité à sécher rapidement. L’excès d’humidité sera alors absorbé par cette couverture végétale naturelle et pas directement par la vigne. Nous maitrisons par tonte la hauteur de cette végétation.

Ces différentes techniques, adaptées à chaque terroir, vont permettre aux racines de la vigne de se développer harmonieusement pour mieux réguler les accidents climatiques et aussi explorer et pénétrer plus profondément les différents profils de manière à exprimer les qualités propres à chaque parcelle.